Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 14:15
Elle doit son surnom de « berceau du romantisme » à l'écrivain François-René de Chateaubriand qui y a passé une partie de sa jeunesse.

Combourg tire son nom des mots gaulois, latins ou bretons "combore" ou "combure" signifiant le val de la limite et rappelant la frontière des diocèses de Dol-de-Bretagne et de Saint-Malo.

Dès l'époque gallo-romaine, Combourg occupa une position stratégique et fut un village à l'activité artisanale intense. Jusqu'à l'an mille, la ville subit les assauts dévasteurs des Vikings.

La seigneurie de Combourg fut créée par l'archevêque de Dol Ginguéné ou Junkéné en faveur de son frère cadet Riwallon de Dol. L'archevêque qui souhaitait donner à son église un protecteur laïque tout en dotant sa famille, comme s'était alors l'usage, fit bâtir à 4 lieues de Dol le château de Combourg qu'il confia à son frère avec de vastes domaines sous sa mouvance, soit une quinzaine de paroisses et douze fiefs de chevalerie.

En revanche il lui imposa et à ses successeurs l'obligation de défendre les terres et sujets de l'église de Dol et de commander son ost. C'est pour cette raison que le sire de Combourg prit dans ses chartres le titre de signifier Sancti Samsonis (porte-enseigne de saint Samson). La seigneurie de Combourg resta en possession des descendants de Riwallon jusqu'à la mort d'Yseult de Dol en 1197.

Toutefois le fils qu'elle avait eu de son union avec Harsculf de Soligné (mort également en 1197) releva le nom de sa mère en devenant Jean III de Dol.

La seigneurie de Combourg fut ensuite transmise par héritage aux familles : de Châteaugiron dit de Malestroit de Rieux, du Châtel, de Montjean, d'Acigné et enfin de Coëtquen ces derniers obtinrent que la seigneurie soit érigée en Comté en 1575. L'ultime héritière de cette famille vendit le comté aux parents de Chateaubriand par contrat du 3 mai 1761.

Jusqu'au début du XXe siècle, les principales activités de Combourg étaient la beurrerie, la fromagerie, la fabrication de toiles à voiles en chanvre, de toiles de lin, la taille et le polissage du granit, la tannerie et la briqueterie.



Source Wikipédia

Repost 0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 14:10
                                                  
Anciennement Konkaven, breton konk = la baie, et aven = rivière. Le nom a évolué en Cancaven que l'on retrouve pour la première fois sur les cartulaires de la Bretagne du Moyen-Age[. Le passage entre la pointe du Grouin et l'île des Landes, au nord de Cancale, se nomme en effet « passage de la Vieille Rivière ». L’endroit aurait été visité (habité?) par les Romains.





Cancale était jadis réputé pour ses marins engagés dans la "grande" pêche à Terre-Neuve sur les morutiers de Saint-Malo mais aussi de Cancale, puisqu'existaient des chantiers de construction de navires, sur le port de la Houle.

De nombreuses tentatives de débarquement de la part des Anglais eurent lieu notamment au milieu du 18ème siècle, dans le but d'attaquer Saint-Malo par la terre. Un boulet réputé tiré par un bateau anglais* orne le petit jardin du presbytère. Cancale est le port d'où partirent en 1612 les navires de Daniel de La Touche, Seigneur de la Ravardière, pour le Brésil : la Régente, La Charlotte et la Sainte Anne.

Daniel de La Touche fut le premier fondateur de la ville de São Luis dans le Maranhão au Brésil.


Source Wikipédia

Repost 0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 17:41
Avranches a donné son nom au pays de l'Avranchin. Elle donne sur la baie du Mont-Saint-Michel et est entourée de Marcey-les-Grèves, Saint-Jean-de-la-Haize, Saint-Senier-sous-Avranches, le Val-Saint-Père.































Le peuple celte des Abrincates s’est installé dans la région d’Avranches au IXe siècle av. J.-C.. À la fin de l’empire romain, Ingena change de nom pour prendre celui du peuple dont elle est la capitale. On observe également à une renaissance des antiques divinités gauloises locales dans les sculptures religieuses et les inscriptions dédicatoires. En 511, la ville devient le siège de l’évêché d’Avranches qui sera supprimé en 1801. Le 12 juin 1854, par décret apostolique, le titre d'évêque d'Avranches a été restauré par Pie IX et conféré à tous les évêques de Coutances.

Avranches et l’Avranchin repassent sous contrôle normand à la suite du traité de Saint-Clair-sur-Epte signé en 911Charles le Simple et Rollon. entre

C'est à Avranches que le roi d'Angleterre Henri II fait pénitence publique en 1172 pour le meurtre de son opposant Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry.

Dévastée par les huguenots en 1562, Avranches refusa de reconnaître Henri IV en 1589 et fut deux ans avant de se rendre, non sans résistance.

En juillet 1639, l’assassinat du collecteur d’impôts Charles Le Poupinel marque le début de la révolte des va-nu-pieds.

Le 31 juillet 1944, pendant la Seconde Guerre mondiale, Avranches est le siège de l’action militaire de la bataille de Normandie, dont le but était de couper la presqu'île du Cotentin en deux, appelée la « percée d’Avranches » et qui la laissera gravement endommagée.

Source Wikipédia

a voir également

Le Scriptorial d’Avranches, Musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel, est ouvert à tous les publics.

Les visiteurs sont invités à un voyage ludique qui débute par une découverte de l’histoire d’Avranches évoquant les liens qui l’unissent au Mont-Saint-Michel. Plus

loin, ils découvrent les différentes étapes de réalisation d’un manuscrit : les parchemins, les encres, les plumes utilisés par les copistes du Moyen-Âge.

La visite mène ensuite aux textes anciens, aux enluminures chatoyantes, à la traduction de textes et permet d’admirer les précieux manuscrits dans la salle du Trésor. Ce parcours sera jalonné de bornes multimédia, de jeux, de manipulations d’objets et de films qui permettront d’approfondir la découverte de manière ludique et interactive. Quelques surprises, fruits de développements technologiques de pointe, attendent également les visiteurs.

Voir le site du scriptorial cliquez ici

Repost 0